Vidéolaryngoscope d’intubation : Le guide ultime des FAQ

Je sais que le choix d’un vidéolaryngoscope pour l’intubation peut être une tâche ardue.

Une raison pour laquelle ce guide répondra à toutes vos questions sur le vidéolaryngoscope pour intubation.

Alors, continuez à lire pour en savoir plus.

1. Qu’est-ce que le vidéolaryngoscope d’intubation ?

Le vidéolaryngoscope d’intubation est un appareil utilisé pour visualiser le larynx et l’ensemble des voies respiratoires, qui est inséré par voie trans-orale.

Il est doté de lames interchangeables et d’une poignée avec une caméra à image courte incorporée.

L’anatomie des voies aériennes peut également être visualisée à partir d’un moniteur autonome connecté à l’appareil.

La manipulation du vidéolaryngoscope d’intubation et l’observation se font sur un seul axe.

vidéolaryngoscope pour intubation

vidéolaryngoscope pour intubation

2. Quels sont les avantages du vidéolaryngoscope d’intubation ?

Les avantages de la vidéolaryngoscopie d’intubation sont les suivants :

1. Les gens peuvent voir ce qui se passe

Les autres membres de l’équipe peuvent visualiser l’anatomie des voies aériennes, ce qui les prépare à effectuer une laryngoscopie par eux-mêmes.

L’enseignement par la visualisation atteint un certain degré de réussite et les compétences sont bien transférées.

2. Il requiert moins de compétences

La dépendance à l’égard des autres membres du personnel pour obtenir de l’aide est réduite au minimum.

La défaillance des voies respiratoires peut être prise en charge efficacement et immédiatement par le personnel ayant des connaissances de base, au lieu d’attendre le personnel expérimenté.

3. Un compte rendu officiel est fourni

Les données relatives au processus de laryngoscopie peuvent être enregistrées pour être utilisées ultérieurement lors de révisions.

Les dommages glottiques peuvent être vus facilement sans avoir à effectuer d’autres opérations, ce qui réduit le traumatisme du patient.

4. Portabilité

Le vidéolaryngoscope d’intubation n’est pas encombrant et peut être facilement transporté pour plus de commodité.

Ceci n’est pas possible avec les laryngoscopes à fibres optiques flexibles.

5. Un positionnement sous-optimal est possible

Les axes des voies aériennes ne doivent pas nécessairement être alignés pour obtenir une bonne vue.

Cela permet d’effectuer une intubation dans des situations où le cou et la tête ont une mobilité limitée.

3. Quels sont les différents types de vidéolaryngoscopes d’intubation ?

Les vidéolaryngoscopes d’intubation appartiennent aux grandes catégories suivantes :

Style de lame standard

Ces appareils ressemblent beaucoup au laryngoscope standard de Miller ou MacIntosh, mais avec une caméra.

La caméra fournit une image des voies aériennes supérieures sur un écran vidéo.

Forme anatomique

Ce dispositif possède un canal de guidage du tube qui dirige le tube endotrachéal vers la glotte.

Le principal avantage de ce dispositif est que l’avancement de la sonde endotrachéale est contrôlé, ce qui réduit le temps d’intubation.

Lame angulaire

La principale caractéristique de ce dispositif est que la lame présente une courbe antérieure marquée selon le plan sagittal.

Cela permet l’intubation et la visualisation du larynx sans aligner les axes laryngés.

4. Quels sont les composants d’une vidéolaryngoscopie d’intubation ?

Une vidéolaryngoscopie d’intubation est composée de quatre éléments principaux, à savoir :

I. Une petite caméra à très haute résolution placée à l’extrémité distale du dispositif.

La caméra dispose également d’une source de lumière utilisée pour l’éclairage pendant la pénétration dans les voies respiratoires.

II. Un moniteur d’affichage en couleur qui est soit sur chariot (autonome) soit intégré (attaché) avec des commandes pour le réglage.

Pour améliorer la vue des voies respiratoires, les moniteurs intégrés peuvent être retournés, tournés ou inclinés.

Ils sont livrés avec une carte mémoire pour sauvegarder les enregistrements et les images téléchargées.

Ils peuvent également être connectés à un moniteur externe via un port de sortie vidéo intégré au moniteur.

III. Une variété de lames de différentes formes et tailles qui sont soit à usage unique, soit interchangeables et réutilisables.

Pour éviter que l’objectif de la caméra ne soit affecté par l’humidité, les lames sont dotées d’un dispositif d’avertissement ou d’un revêtement anti-buée.

IV. Pour alimenter le moniteur d’affichage, la source de lumière et la caméra, des piles non rechargeables ou rechargeables sont fournies.

Les sources d’alimentation internes (

5. Quelles sont les complications associées à l’utilisation de la vidéolaryngoscopie d’intubation ?

L’utilisation de la vidéo-laryngoscopie d’intubation s’accompagne de diverses complications pour le patient. Ils comprennent :

  • Une hypoxie peut être ressentie lors d’une tentative d’intubation.
  • Un traumatisme des tissus mous oropharyngés ou un traumatisme dentaire peuvent survenir lors de l’insertion du tube.
  • Le tube peut être mal placé, ce que l’on appelle l’intubation œsophagienne.
  • L’insertion du tube peut provoquer des aspirations et des vomissements.

6. Quelles sont les erreurs courantes lors de l’utilisation d’une vidéolaryngoscopie d’intubation ?

Le fonctionnement normal du vidéolaryngoscope d’intubation est susceptible de comporter des erreurs, notamment :

I. Le tube endotrachéal doit être solidement maintenu lors du retrait du stylet pendant qu’un assistant le retire.

Le manche du stylet est tourné caudalement vers la poitrine et non tiré directement vers le haut.

Cela permet de retirer facilement le stylet tout en réduisant le risque de délogement du tube endotrachéal.

II. Il est important que le stylet rigide approprié soit utilisé pour chaque courbure précise du vidéolaryngoscope.

Cela permet de s’assurer que la courbure des lames est suivie pendant l’intubation.

III. Les brassards pour enfants et pour adultes doivent être gonflés au maximum pour éviter tout mouvement. Un gonflement excessif des brassards peut entraîner une nécrose.

IV. Des difficultés à faire passer le tube dans les voies respiratoires peuvent être rencontrées lorsque le vidéolaryngoscope a été inséré trop profondément.

Ceci est fréquent avec les vidéolaryngoscopes d’intubation à courbure aiguë.

7. Comment une vidéolaryngoscopie d’intubation canalisée se compare-t-elle à une vidéolaryngoscopie d’intubation non canalisée ?

Les différences méthodologiques des vidéolaryngoscopes sont principalement déterminées par le type de lame de base qui est soit cannelée, soit non cannelée.

Les deux requièrent des formes différentes de techniques de traitement qui déterminent leur échec ou leur succès.

Les lames non cannelées ont été conçues pour les versions antérieures des vidéolaryngoscopes.

vidéolaryngoscope à intubation canalisée

vidéolaryngoscope à intubation canalisée

La main gauche est utilisée pour tenir l’appareil lors de l’utilisation de ces lames et la main droite dirige indépendamment le tube trachéal.

Un stylet malléable est nécessaire pour donner à la sonde trachéale la forme requise et améliorer sa stabilité.

Le stylet est courbé en fonction de la forme de la courbure de la lame.

Inversement, les lames cannelées ont été conçues pour accélérer l’approche de l’extrémité du tube trachéal vers la glotte.

Ils disposent d’un canal longitudinal où est inséré le tube trachéal pour que son extrémité soit visible à l’écran en permanence.

intubation non canalisée vidéo larngoscopie

vidéolaryngoscope à intubation non canalisée

Le tube trachéal suit strictement la lame du vidéolaryngoscope.

L’inconvénient majeur est que le modèle est plus volumineux et que la bouche doit être ouverte très largement pendant l’intubation.

8. Quels sont les facteurs à prendre en compte lors du choix d’un vidéolaryngoscope d’intubation ?

Il existe plusieurs facteurs à prendre en compte lors de la recherche d’un vidéolaryngoscope d’intubation utile et salvateur.

Ils comprennent :

Fiabilité

En raison de la nature mortelle de leurs opérations, ils doivent être extrêmement fiables pour garantir la sécurité du patient.

Ils ne doivent pas afficher des images floues, avoir des piles qui expirent sans avertissement ou avoir un mauvais éclairage de l’écran.

Taille de l’écran

Un écran plus grand permet de voir plus clairement les voies respiratoires.

Certains modèles ont des écrans intégrés à leur poignée, tandis que d’autres se connectent directement à des moniteurs autonomes.

Le choix de celle-ci dépendra du lieu d’utilisation du vidéolaryngoscope d’intubation. La portabilité dans la salle d’opération diffère de celle de l’USI et de la salle d’urgence.

Facilité d’utilisation

Les professionnels de la santé doivent pouvoir utiliser facilement la vidéo-laryngoscopie d’intubation en cas d’urgence.

Cette technologie doit être facile à apprendre et confortable à utiliser sous la contrainte.

Type de lame

Les types de lames disponibles sont jetables ou réutilisables, la différence se situant au niveau du coût et de la facilité d’utilisation.

Les lames jetables n’ont pas besoin d’être nettoyées, alors que le retraitement est un défi pour les lames réutilisables.

Clarté

Les images du vidéolaryngoscope doivent être suffisamment claires pour permettre des vues de haute qualité de l’anatomie des voies respiratoires.

L’appareil doit être doté d’une technologie antibuée intégrée à l’objectif de la caméra pour éviter la formation de buée pendant les procédures.

Puissance

Le choix de l’alimentation se fait essentiellement entre une batterie rechargeable et une batterie jetable.

Quelle que soit l’option retenue, le vidéolaryngoscope doit pouvoir afficher la quantité d’énergie restante.

Design

Les deux types de vidéolaryngoscope d’intubation couramment utilisés sont les appareils standards et les appareils à canaux.

Les dispositifs standard comportent une lame fixée à la poignée du dispositif et le tube endotrachéal est inséré à l’aide d’un stylet.

Les dispositifs à canal ont le tube endotrachéal chargé dans un canal incorporé dans la lame. Il est chargé de guider l’extrémité de la lame jusqu’à sa position dans les voies respiratoires.

9. Quels sont les inconvénients de la vidéolaryngoscopie d’intubation ?

  1. Les inconvénients de l’utilisation du vidéolaryngoscope d’intubation sont les suivants :
  2. La vue de l’appareil peut être obscurcie par des sécrétions et de la buée sur l’appareil.
  3. Les différents modèles et marques de vidéolaryngoscopes d’intubation ont des techniques de fonctionnement différentes.
  4. Ils ont un temps de traitement plus long lors des procédures médicales
  5. La perception de la profondeur est perdue lors d’une opération en raison de la vue bidimensionnelle, ce qui peut entraîner des lésions des voies aériennes supérieures.
  6. La maintenance et le coût d’acquisition des stocks posent un problème économique

10. Comment le vidéolaryngoscope d’intubation se compare-t-il au tube endotrachéal vidéo-assisté (VETT) ?

Les vidéolaryngoscopes d’intubation permettent une visualisation indirecte de la glotte avec des images de qualité supérieure dans les voies respiratoires difficiles et normales.

Cependant, le tube endotrachéal peut s’avérer difficile à passer dans la trachée à travers les cordes vocales.

Cela nécessite l’utilisation d’un stylet, mais avec une sonde endotrachéale vidéo-assistée (VETT), le stylet n’est pas nécessaire.

Le tube endotrachéal vidéo-assisté est placé entre les cordes vocales via la trachée.

Il fournit aux poumons de l’oxygène et des gaz inhalés tout en les protégeant des contaminations. Les contaminants comprennent le sang et le contenu gastrique.

tube endotrachéal vidéo-assisté

tube endotrachéal vidéo-assisté

11. Comment la laryngoscopie directe se compare-t-elle à la vidéo-laryngoscopie d’intubation ?

La laryngoscopie en ligne directe exige l’alignement des axes des voies aériennes en utilisant une ligne de visée directe pour une visualisation glottique idéale.

Ces axes sont alignés à l’aide de manipulations telles que la manipulation du larynx, la flexion du cou et l’extension de la tête.

En revanche, la vidéolaryngoscopie d’intubation utilise une méthode indirecte grâce à sa caméra.

Cela élimine la nécessité de visualiser les structures des voies respiratoires en utilisant une ligne de vue directe, ce qui améliore la visualisation de la glotte.

laryngoscopie directe

Laryngoscope direct

12. Quels sont les défis à relever lors de l’utilisation de la vidéolaryngoscopie d’intubation ?

Les difficultés rencontrées lors de l’utilisation d’un vidéolaryngoscope d’intubation peuvent être classées dans différents domaines d’application :

Urgence et préhospitalier

Les patients qui se trouvent dans des établissements hors site ou dans des salles non opératoires présentent un risque très élevé de laryngoscopie vidéo d’intubation difficile.

Il existe un risque très élevé de complications dues à une mauvaise visualisation de la glotte, même avec un opérateur expérimenté.

Unité de soins intensifs

La gestion des voies respiratoires des patients des unités de soins intensifs est très difficile, car elle est souvent associée à des complications qui mettent leur vie en danger.

Les opérateurs doivent avoir des compétences exceptionnelles en raison de l’urgence de sécuriser les voies respiratoires des patients inconscients.

Problèmes de la colonne cervicale

Les plus grandes précautions doivent être prises lors de la réalisation d’une vidéolaryngoscopie d’intubation chez les patients présentant une fracture de la colonne cervicale.

Les colliers cervicaux semi-rigides qui empêchent le cou de bouger entraînent une mauvaise vue du larynx lors de l’intubation.

Patients obèses

Le défi est ici posé car l’habitus du corps obèse rend techniquement difficile l’intubation trachéale.

Cela conduira à l’échec total de la procédure ou à des blessures ultérieures des tissus mous.

13. Quelles sont les améliorations de la conception moderne de la vidéo-laryngoscopie d’intubation ?

Les progrès récents dans la gestion des voies respiratoires ont permis d’améliorer la conception du vidéolaryngoscope d’intubation.

Les premières avancées technologiques comprenaient :

  • Utilisation d’une diode électroluminescente (DEL) comme application
  • Puces vidéo fabriquées à partir de semi-conducteurs métal-oxyde complémentaires (CMOS) permettant une augmentation de la vidéo portable.
  • L’utilisation d’écrans LCD (Liquid Crystal Display)

Les progrès modernes incluent l’utilisation de puces vidéo sur les stylets, qui intègrent un écran vidéo à poignée facile à regarder.

Les premiers stylets utilisaient des faisceaux de fibres optiques sur lesquels on plaçait l’œil sur un oculaire.

Certaines stylets optiques plus récentes ont assimilé une technologie qui permet d’avoir des pointes flexibles.

Le bronchoscope de technologie moderne possède une puce vidéo située à son extrémité distale.

Des fonctions antibuée ont été intégrées aux appareils, ce qui réduit les cas de mauvaise visibilité sur l’écran.

Certains appareils sont dotés d’éléments chauffants pour contrer de tels scénarios.

14. Comment la fonction de capture de données aide-t-elle à l’opération d’intubation par vidéolaryngoscopie ?

Il s’agit d’une fonctionnalité essentielle du vidéolaryngoscope d’intubation.

Les intubations très difficiles et complexes peuvent être capturées, enregistrées et sauvegardées sur la mémoire interne ou sur une clé USB externe.

L’enregistrement peut être partagé avec le patient pour lui montrer comment s’est déroulée la procédure ou être stocké dans son dossier médical numérique.

Ils pourront s’en servir la prochaine fois qu’ils intuberont le patient pour connaître les difficultés rencontrées et les gérer efficacement.

Les enregistrements peuvent également être utilisés à des fins pédagogiques pour les étudiants et les opérateurs qui apprennent la procédure. Ils peuvent également être utilisés pour la recherche scientifique et tout autre projet visant à rationaliser le processus d’intubation.

15. Comment les lames droites se comparent-elles aux lames courbes en vidéolaryngoscopie d’intubation ?

La vidéolaryngoscopie d’intubation repose sur l’alignement des trois axes des voies aériennes pour que le larynx soit visible. Les lames droites et courbes appliquent diverses techniques pour permettre des vues optimales du larynx.

Les lames incurvées déplacent les tissus mous de la langue à sa base vers l’avant, afin de pouvoir soulever l’épiglotte et faire apparaître le larynx.

 lames droites

lame droite

Contrairement à cela, la lame droite repose sur le soulèvement direct de l’épiglotte tout en rendant la langue plate.

Les lames courbes conviennent aux débutants du processus d’intubation en raison de leur facilité de contrôle due à leur large base et à leur grande bride.

Les lames droites offrent une meilleure vue mais nécessitent un placement précis pour le contrôle de la langue car elles sont étroites et sans bride.

lames courbes

lames courbes

16. Qui sont les utilisateurs cibles de la vidéolaryngoscopie d’intubation ?

Le vidéolaryngoscope d’intubation est surtout utilisé pour les personnes qui présentent une difficulté projetée des voies respiratoires, en urgence ou pour les soins secondaires.

Les personnes qui le font fonctionner sont des anesthésistes, des prestataires de services médicaux d’urgence et des ambulanciers.

L’appareil est également utilisé par les étudiants et le personnel médical en formation comme outil de formation aux procédures d’intubation et de vidéolaryngoscopie.

Ils ont besoin d’une formation et d’une expérience pour gérer les différentes conceptions et le contrôle des appareils afin de garantir le succès des opérations.

Produits supplémentaires:

Vidéolaryngoscope

Vidéo Endoscope

Électrodes EEG

Casque eeg

Pour tous vos vidéolaryngoscope d’intubation, contactez-nous maintenant.

Retour haut de page